Press "Enter" to skip to content

Rechercher ses origines par le biais du test de paternité

Chacun a le droit de connaitre l’identité de ses parents biologiques. Dans la plupart des cas, c’est celle du père qui est méconnue. C’est en grandissant, au fil des années, que les enfants commencent à faire part de leurs souhaits de le connaître et de vouloir le rencontrer. Pour cela, le test de paternité est la meilleure option. Mais il faut bien entendu savoir comment faire un test de paternité.

Comment faire un test de paternité : les procédés

Il existe plusieurs moyens d’effectuer des recherches pour connaitre ses origines. Une famille qui souhaite éclairer des liens de filiation ou un enfant à la recherche de son père biologique emploieront les mêmes démarches scientifiques et légales. Dans le cas spécifique de la nécessité d’identifier le père d’un enfant, voilà les points à savoir sur comment faire un test de paternité :

  • Il y a deux méthodes possibles : l’échantillonnage de salive ou de sang et le recueil des empreintes génétiques par des parcelles du corps (cheveux, ongles…). Le prélèvement d’un échantillon de salive s’effectue en frottant l’intérieur de la joue avec un coton-tige. Le prélèvement sanguin sera laissé à un personnel médical.
  • Il y a au moins deux personnes concernées : l’éventuel père biologique de l’enfant et l’enfant en question.
  • Les professionnels compétents : des techniciens en analyses adn, un centre de prélèvement ou des laboratoires.

Ces points importants sur comment faire un test de paternité constituent de fondement même de cette pratique.

La loi française et le test de paternité

Pour rechercher ses origines par le biais d’un test de paternité, il y a des règles à suivre. Il faut s’adresser au tribunal compétent par l’intervention d’un avocat pour demander l’autorisation d’effectuer un test adn. Celui-ci connait les procédures légales qui permettront d’obtenir gain de cause sur les raisons de faire un test de paternité.

Après examen de votre requête, et dès lors que celle-ci aura été approuvée par le juge, vous pourrez requérir du présumé père de l’enfant qu’il s’attèle au test. Toutefois, dans cette recherche de paternité, d’autres conditions sont posées par le législateur.

  • Les deux parties qui vont effectuer un test doivent consentir à l’acte.
  • Un membre du tribunal doit assister au prélèvement de l’échantillon de salive et surveiller qu’il n’y ait eu aucun échange entre ces parties ou avec un tiers.
  • Les résultats du test parviendront au tribunal pour que le juge décide de confirmer le lien de parenté ou d’approuver une contestation de paternité. Dans le premier cas, il s’en suivra des obligations et des droits pour le père biologique. Il devra prendre ses responsabilités (verser une pension alimentaire, définir l’héritage de son enfant légal) et pourra requérir ses droits (droit de visite ou droit de garde).
  • Un individu appelé à réaliser le test et qui le refusera sera imposé par la décision du juge d’affirmer la paternité. Ce refus pouvant être considéré souverainement par lui comme un aveu de paternité.

Les informations utiles sur le test de paternité

Actuellement, le moyen le plus courant de savoir comment faire un test de paternité est de se rendre sur  Internet. Des kits prêts à l’emploi sont disponibles sur internet. Il suffira de commander et après récéption de tout l’équipement, de déposer dans le récipient fourni dans ce kit un échantillon de salive. Les professionnels analyseront l’écouvillon ou le coton tige pour rechercher les cellules souhaitées Les marqueurs et l’ADN montrent si les salives sont similaires.

Les tests de paternité en ligne sont fiables tant que le laboratoire choisi est agréé. Les résultats ne peuvent évidemment pas servir devant un tribunal, mais peuvent permettre de répondre à d’autres intérêts personnels (simple besoin d’affection ou de connaître son père) . Certains le font pour des raisons d’immigration et de succession (cas où les moyens légaux s’imposent). D’autres pour servir à des fins médicales (identification d’une personne décédée par exemple, enfant ayant besoin d’un don de sang ou d’organe…) ou des recherches scientifiques.

Le test peut se faire dès la naissance de l’enfant. Autrement, vous pouvez le demander lorsque les circonstances le nécessiteront. Dans tous les cas, seule la comparaison des échantillons détermine le résultat. Vous l’obtiendrez après plusieurs jours une fois que vous aurez envoyé l’échantillonnage en laboratoire.