Press "Enter" to skip to content

La vaisselle jetable : vers des matières écoresponsables

L’article L541-10-5 sur le Code de l’Environnement a interdit l’usage de vaisselle à usage unique en plastique depuis le début de l’année 2020. Des alternatives durables, réutilisables et jetables ont pris leur place. Il s’agit de la vaisselle jetable biodégradable et compostable. Elle est accessible sous différents aspects et dans différents matériaux qui sont eux aussi écologiques. C’est sur ces derniers que se focalisera cet article.

Une vaisselle en feuilles de palmier : pour de l’originalité

Comme son nom l’indique, la vaisselle jetable en feuille de palmier est fabriquée à partir de feuilles mortes issues de certaines variétés de palmier. Les fabricants proposent une large gamme d’assiettes et de couverts biodégradables à partir de matériaux végétaux recyclés. Vous avez ainsi :

  • des assiettes jetables ;
  • des verrines ;
  • des gobelets jetables ;
  • et des couverts jetables en palmier.

La vaisselle jetable écologique en palmier est commercialisée sous différentes formes : ovale, ronde ou carrée. Vous avez les modèles les plus classiques, originaux et esthétiques selon votre goût.

Il n’y a pas plus écologique que le bois pour une vaisselle responsable

Esthétique et robuste, la vaisselle jetable ou réutilisable en bois est disponible sous différentes gammes. Chaque assiette, gobelet, couvert, pique, plat ou barquette est issu d’une exploitation durable. C’est notamment le cas pour la vaisselle jetable écologique qui est fabriquée à partir de peuplier ou de rami. Il s’agit d’un matériau biodégradable obtenu grâce à l’association de plusieurs plantes. Pour obtenir des vaisselles jetables en rami, il faut mélanger différentes fibres comme celui du jonc et de la canne à sucre.

Le bambou fait partie des matériaux les plus usités pour fabriquer de la vaisselle biodégradable et recyclable. Il permet d’obtenir des couverts, des verrines, des saladiers et des assiettes réutilisables et de très bonnes qualité. À titre de rappel, c’est également le bois qui va servir à la fabrication d’assiettes en carton ou de gobelet jetable en carton.

Rien ne se perd avec les vaisselles comestibles et compostables

Outre le bambou et les autres types de bois, il existe également d’autres matériaux qui sont écologiques. C’est par exemple le cas de la canne à sucre et de la betterave qui sont utilisées pour la fabrication de gobelets réutilisables, d’emballages jetables et d’une large gamme de vaisselles soucieuses de l’écologie.

D’autres matières premières sont également sollicitées pour la conception d’emballage alimentaire écoresponsable. Ils sont vendus sur le marché sous l’aspect d’un emballage en plastique classique. Cependant, une fois hors d’usage, ils peuvent partir pour le compostage et disparaître au bout de quelques mois. Le même principe est appliqué sur la vaisselle et les produits en carton qui sont dérivés de produits naturels compostables. Certaines vaisselles sont obtenues du recyclage d’épluchures de légumes et de fruits. D’autres sont même comestibles, car elles sont issues de farine de millet, de  blé, de riz et bien d’autres éléments.

La fibre de roseau et la pulpe de canne pour réduire les déchets

Une vaisselle jetable élaborée à partir de pulpe de canne ou de fibre de roseau est totalement écoresponsable. Ses matières naturelles peuvent faire office de boîte alimentaire, barquette, plat et assiette compostables.

Ce type de vaisselle jetable écologique s’intègre à tous les événements compte tenu du thème abordé lors de l’événement. Une chose est sûre, si la vaisselle jetable était peu esthétique il y a plusieurs années, la montée en vigueur de la vaisselle jetable biodégradable a changé la donne. Les consommateurs ont à cœur d’utiliser des produits respectueux de l’environnement.

Pratique, la vaisselle biodégradable permettra de réduire considérable le taux de plastique qui jonchent les océans. À ce jour, c’est près de 300 millions de tonnes de plastique qui pollue les quatre coins du globe. En plus de cela, leur fabrication génère énormément de pollution et est énergivore en eau. En effet, celle-ci commence à se faire rare chaque année suite au réchauffement climatique et à l’augmentation exponentielle de la population mondiale.